Pour les flammes jumelle, la guérison de l’enfant intérieur est un chemin vers soi indispensable pour s’apaiser et prendre soin de soi.

Mais qu’est ce que l’enfant intérieur?

D’après Margaret Paul   » l’enfant intérieur représente la partie de nous, sensible, vulnérable, régit par l’émotion. Ce sont nos tripes. C’est ce que nous sommes à la naissance, c’est notre noyau, notre personnalité, riche de tous nos talents, de notre instinct, de notre intuition, et de nos émotions ».

Il s’agit donc d’une part de l’Etre, pleinement relié à aux émotions.

 

Quel est l’impact sur moi?

D’après Moussi Nabati « la force ou la faiblesse du moi adulte, la bonne ou la mauvaise image qu’il a de lui…Dépendent de l’état de santé de l’enfant intérieur, de sa solidité ou de sa fragilité….Lorsque l’adulte se trouve sous l’emprise inconsciente de son enfant intérieur il cesse précisément de ressentir et de réagir en adulte.

Cet auteur explique que l’enfant intérieur peut être « enfermé », commandé par un fantôme du passé( une peur, un carcan, une loyauté). L’enfant intérieur, en souffrance, va donc prendre le « dessus » sur l’adulte.

L’enfant intérieur du chaser et du runner:

Chez le runner et le chaser l’enfant intérieur est en souffrance. Le travail sur leurs blessures les amènera à reprendre petit à petit confiance en eux même et donc engendrera  un changement d’attitude « positif » dans leur quotidien. 

Il est donc important pour pouvoir prendre des décisions, des actes pour soi, d’être en sécurité dans son intérieur. Cette sécurité s’acquiert en allant écouter notre enfant intérieur.

Le runner a de grande difficultés à écouter son intériorité. Son enfant intérieur est donc un enfant intérieur  vivant, lié encore à la joie et à l’amusement. Mais il est comme barricadé dans un château fort, à jouer et à attendre qu’un adulte sécurisant vienne à sa rencontre.

Cet enfant, livré à lui même (sans cadre), a besoin d’être nourrit par la reconnaissance et l’admiration des autres. Se sentant vulnérable l’enfant intérieur du runner a peur des autres malgré tout. Il a peur d’être asservi au nom de l’amour. Il ne va donc pas s’engager et donc rester enfant.

Malgré tout le runner est capable d’aimer. Il en a cette capacité en lui d’aimer inconditionnellement de façon naturelle. Mais sa dépendance affective le bloque dans ses relations aux autres et à lui même.

Le runner va apprendre à donner de l’amour car il ne fait que papillonner et en prendre ailleurs.  La fuite du ruiner est pour protéger son enfant intérieur, la fuite  lui permet d’éviter des souffrances.

 

L’enfant intérieur du chaser se sent étouffé. Le chaser a préféré renier son enfant intérieur. Grandir rapidement pour éviter de trop souffrir et de garder le contrôle. Le chaser est donc devenu rapidement un adulte couper de la notion de vie en lui.

Son enfant, lié à la joie, à la créativité, aux intuitions, ne sera révélé qu’avec des personnes en qui il sait que ça ne risque rien.

Le chaser doit donc se reconnecter avec son enfant intérieur afin de redevenir plus joyeux, plus léger, être dans le lâcher prise plutôt que dans le controle.

Reconnaitre son enfant intérieur

Pour le reconnaitre, en prendre conscience,  il existe un déroulé à mettre en place avec sa partie émotionnelle:

Ce déroulé permet de se connecter avec son enfant intérieur qui ressent l’émotion du moment pour l’en libérer. En effet lors de la situation faisant émerger l’émotion, cet enfant s’est peut être senti seul, trahi, rejeté, en tout cas pas du tout considérer par les adultes qui l’entourent. Il a donc enfoui en lui ce qu’il a ressenti pour satisfaire l’adulte face à lui.

Ce déroulé t’amène donc à laisser s’exprimer cet enfant en toi, lui permettre de se libérer de son émotion ou ses émotions : La connexion établie avec lui engendre une connexion, une reconnexion intérieure.

Plus tu réalises souvent cette communication plus ton enfant intérieur trouve en toi l’adulte qui lui a toujours manqué. Il va trouvé du réconfort, de la bienveillance, de l’écoute et de la libre expression.

Cette partie de toi qui te compose se sent alors entendue, écouter, prise en compte, en considération.

C’est un outil de communication avec soi même.

Je précise que l’enfant intérieur peut avoir des âges différents. En effet les situations émotionnellement douloureuses ont été vécues à des moments différents de ta vie.

 

Voici donc ce déroulé:

Détaillé en 5 étapes qui  déroulent à l’intérieur de toi, comme en médiation, peut être les yeux fermés ou à écrire sur un carnet;

L’important est d’être connecté à tes ressentis, d’être pleinement connecté à toi même.

Il y a 2 clés importantes dans ce déroulé:

1- croire en tout ce que te dit et montre ton enfant intérieur même si ton mental ne comprend pas ou veut nier. Il en va de ta reconnexion avec toi même.

2- accepter les ressentis, les émotions, la souffrance de ton enfant intérieur. C’est à travers ton corps que celle(s) ci va s’envoler.

Prends ce temps à l’écart, de façon à ne pas être déranger puis installes toi confortable, peut être avec un papier et crayon si tu souhaites écrire.

Puis fermes les yeux.

1-La première étape consiste à reconnaitre ton conflit intérieur, et prendre conscience de ton ressenti (ce que tu vies à l’intérieur de toi). De t’y connecter et de faire émerger (imaginer) l’enfant intérieur lié à ce ressenti.

Même si au moment tu ne peux pas y poser des mots dessus.

Si ton enfant ne vient pas à toi, pas de panique, c’est normal, la notion de peur et de non confiance en l’adulte. Parles lui et comprends sa méfiance.

L’important est d’être tout pour cet enfant, de vraiment entendre, écouter ce qu’il a te dire afin qu’il se sente en sécurité.

2-Agis vis à vis de ton enfant intérieur tel l’adulte qu’il cherche depuis longtemps et commencer à le prendre en considération en lui posant des question: dans ta médiation tu peux te placer face à votre enfant,  genou à terre pour être à sa hauteur. Agir envers lui comme tu agirais avec un enfant. Le regarder dans les yeux avec empathie et bienveillance.

3-C’est à cette étape que tu peux commencer à lui poser des questions : Que ressens tu? Que se passe t-il en toi? De quoi as tu besoin?…

Tu agis en adulte aimant et compatissant.

Entamer vraiment le dialogue, étoffer la discussion pour retrouver les situations, les évènements, les personnes, les schémas et croyances limitants.

Tu peux continuer à poser des questions pour en savoir davantage et commencer à le prendre ta responsabilité d’adulte vis à vis de lui :  que puis je faire pour toi? Quel est ton besoin?

4-  Tu prends en charge ton enfant intérieur, tu ressens et prends connaissance des besoins de l’enfant intérieur. Il se crée donc un « lien » entre l’adulte et l’enfant. Un lien où l’adulte que tu es posera, en fonction de ses capacités à Etre, des actions pour lui même et en accord avec les besoins de l’enfant.

5- Dernière épate : Si cela fait sens pour toi demander de l’aide à l’univers, à tes guides. Etant une âme incarnée tu demandes à être relié à plus grand pour être aidé dans cette situation.

 

Ainsi petit à petit, la guérison de l’enfant intérieur permet : Au runner de poser son Etre en alignant ses actes avec ses envies et au chaser d’oser lâcher prise et se laisser guider par son intuition.

Sources :

Moussa Nabati, Guérir de son enfant intérieur

Margaret Paul : Renouez avec son enfant intérieur

Si tu souhaites une lecture d’âme liée à ton lien de flammes jumelles  c’est ICI.